Église

L' Église Saint Pierre -- Saint Paul

La documentation sur l'histoire de l'église Saint Pierre de Bretoncelles est riche et instructive grâce aux archives, à  l'étude historique de Eric Yvard, historien du patrimoine, en 2011 et aux chroniques bretoncelloises de Jean François Luce, (bretperche.canalblog.com).
Les constructions successives, les aménagements et "embellissements" plus ou moins appréciés et arbitraires sont communs à de nombreux édifices religieux. Une représentante du patrimoine et des musées au Conseil départemental, lors d'une consultation de BPN concernant les fresques du XIXème ,  découvertes au cours de la restauration du choeur, employa l'image d'un "mille feuilles", strates successives que chaque époque apporte au cours des temps. Cette évocation familière est parfaitement exacte et BPN continue, sous forme de restaurations, à la faire évoluer, en accord avec le père Hébert, prêtre de la paroisse.

Son histoire

Dsc06788

De l'église primitive, détruite pendant les guerres du royaume, ou par les huguenots qui en massacrèrent un très grand nombre dans le diocèse de Chartres en 1562, 1563 et 1568. Il n'en reste aucun vestige apparent. Il est probable que l'actuelle église fut bâtie sur l'emplacement de la première, bien qu'il ne soit pas possible de l'affirmer.
Pendant la première moitié du XVIème siècle, l'église est entièrement reconstruite dans le style gothique flamboyant.
La première construction semble être la grande nef. Un clocher de plan carré a été accolé sur la droite près de la grande porte d'entrée.
Ce clocher a connu quelques transformations au cours des siècles.
Dès 1605, on note des achats de matériaux pour "relever le clocher de l' église qui était penché". En 1606, de grands travaux sont mis en oeuvre pour construire une tour.
Cette construction eut lieu entre 1606 et 1609 sous la conduite du curé Mathurin Giroust. 

Eglise 1003

Les aménagements de l' église durant les XVIIème et XVIIIème siècles ont été, en totalité, payés par les curés, la Fabrique (confrérie de Charité) et les paroissiens.
Mathurin Giroust est le premier curé connu de la paroisse à s'être investi dans l' aménagement de l'église dans les premières années du XVIIème siècle. Ses successeurs feront de même tout au long des deux siècles suivants.
En 1873, le chevet plat est abattu et remplacé par un nouveau chevet à trois pans. Une voûte en pierre est posée au-dessus du sanctuarium. Deux sacristies sont construites de chaque côté.
Le retable principal et le maître-autel sont démontés. Quelques morceaux de l' ancien retable du XVIIème siècle, dont les quatre colonnes en pierre et les deux anges adorateurs, sont conservés et incorporés à un nouveau maître-autel.

Dsc01588 1

En 1897, le prêtre demande l'autorisation de faire achever, à ses frais, l'église en faisant construire un pignon de dix mètres au bout du bas-côté nord qui navait pas été terminé.
En 1899, les trois tirants du bas de l'église sont démolis afin d' ajouter à la voûte principale des arcs et des arêtes.
Une voûte en plâtre est posée sur l' ensemble de la charpente intérieure pour remplacer le vieux lambris délabré.
En 1926, les anciens bancs fermés de l'église sont remplacés par des chaises avec prie-Dieu. L' Abbé accepte de prendre à sa charge les pavés neufs posés sous les anciens bancs.
En 1935, suppression des stalles en bois, remplacées par des chaises individuelles.
En 1967, transformations afin d'adopter l' église aux nouvelles conditions du culte :
Suppression de l' ancien autel majeur, des grilles fermant les chapelles latérales et réfection sommaire des murs du choeur et des peintures.
Suppression de la chaire et des statues en plâtre.
En 1969, l' église est repeinte en blanc.

La Fabrique

La Fabrique était une confrérie de Charité, association de paroissiens qui assuraient bénévolement les  inhumations, accompagnaient et soutenaient les familles en deuil et participaient aux offices religieux, en assistant le célébrant. 
Ces institutions apparaissent en France au Moyen Âge et prennent leur essor au XIVème — XVème. Il est possible de dater la création de la confrérie bretoncelloise vers fin 1668, début 1669.
Cette confrérie jouait donc un rôle important dans la vie des paroissiens et a également financé, entre autres, avec des particuliers, un ensemble de trois retables en pierre polychromée de style Louis XIII, la pose des vitraux...

Restauration

Sud 108

Dés 2017, l'association BPN participe à la restauration extérieure de l'édifice en partenariat avec la commune et la Fondation du Patrimoine.
L'inauguration a eu lieu le 16 septembre 2017.

La volonté de l' association BPN est également la restauration complète de l'intérieur de l' édifice, prévue en cinq tranches de travaux.

La nef

Restauration de la Nef :
La nef s'élève à 9,80 m à sa hauteur maximum, soit 9,50 m pour la partie située dans le choeur et 6,25 m au dessus de la mezzanine.
La longueur totale est de 36 m pour 7,20 m de largeur et 3,70 m de hauteur.

La restauration comprend la nef en général, les arcs, ainsi que la moulure en partie basse jusqu'au faîtage des chapiteaux.
Selon les cartes postales anciennes en notre possession, la sobriété s'impose, contrairement au choeur qui date du 19eme siècle.
Il est donc proposé une couleur unie de la voûte et des arcs avec toutefois une légère différenciation de ses derniers pour les souligner.
En revanche, il convient de prévoir une personnalisation des clés de voûte, voire une dorure en partie centrale.
Si le grattage permet de découvrir des couleurs différentes, le chantier sera revu pour en tenir compte.
Les travaux sont prévus pour le printemps 2021 et seront réalisés par Annick Dieu, artiste-restauratrice.

Date de dernière mise à jour : 15/01/2021