Eaux

BarboisseauLa Barboisseau
L’article féminin montre qu’il doit s’agir de la barre Boisseau, c’est-à-dire « le barrage / la retenue d’eau (sur le petit ruisseau contigu) de Boisseau », patronyme sans doute également à l’origine de la Boisselière.


L etang aux anesl’Étang aux ânes
La formation est purement ro-mane. En outre, quoique la réfé-rence aux ânes soit très probable, on ne peut exclure ici un nom de famille Lasne.

Les maraisMarais
C’est le mot français (d’origine francique).

le Margat
Toujours attesté par la carte IGN. Nom bien attesté dans l’Orne au sens de « lieu boueux, bourbier; boue, saleté ». Le fait qu’il s’agisse ici d’une hauteur est curieux, mais celle-ci est proche de petits ruisseaux qui peuvent expliquer ce nom. On rencontre aussi ce terme dans le sud de la Manche et en pays d’Auge.

La noue marionla Noue Marion
La noue < noe < ancien français noe « prairie humide ». Le mot est d’origine gauloise (nauda), mais le toponyme est roman.



La noe du bois
la Noë du Bois
Il vaut mieux écrire noë que noé, le mot se prononçant [no:]) est noté les Noës du Bois au 18e s. (carte de Cassini), Noc du Bois au 19e (carte d’État-Major), et la Noë du Bois aujourd’hui sur la carte IGN.

La noe du boisle Noc du Bois
Le noc est la « tuile en demi-canal servant à égoutter les eaux », d’étymologie distincte (gallo-roman °NAVICU, du latin navis « bateau, nef », d’après la forme en U).



les Marnées
Apparemment un emploi elliptique de (terres) marnées, terres amendées avec de la marne.

Date de dernière mise à jour : 04/02/2021