Visite de l'Eglise de Bretoncelles

Une église construite au XVIe siècle

L'église Saint-Pierre et Saint-Paul de Bretoncelles que nous voyons aujourd'hui fut construite au XVIe, remaniée et embellie aux XVIIe et XVIlle. C'est de cette époque que date sa silhouette caractéristique, alliant l'élégance du gothique flamboyant et la robustesse de son clocher.

Les deux campagnes de restauration majeures qui se sont succédées dans la deuxième moitié du XIXe, les modifications au cours du XXe en ont sensiblement altéré l'aspect intérieur. Son architecture composite, les œuvres d'art et les curiosités qu'elle renferme en font la pièce la plus remarquable du patrimoine de la commune.

Visite de l'église

La nef originale fut modifiée durant la première moitié du XVIe siècle, des vitraux, financés par l'abbé et des paroissiens, furent commandés aux Maîtres Eugène Hucher et son fils (actifs de 1853 à 1906) sous la supervision du Carmel du Mans.

En remontant la nef centrale pour se rapprocher du chœur :

Lors de la restauration en 2017, entièrement prise en charge par BPN, de cette partie de l’église, des fresques furent découvertes.

Elles représentent les quatre évangélistes : Saint-Mathieu, Saint-Jean, Saint-Luc et Saint-Marc.

Saint Marc avant restauration

Saint-Marc avant

Saint Marc après restauration

Saint-Marc après

Elles ont été restaurées à l’identique, ainsi que le ciel étoilé dont se souvenaient les anciens par Annick Dieu, artiste restauratrice.

En septembre 1926, à la demande de l'abbé Langlois, tous les anciens bancs fermés de l'église ont été remplacés par des chaises avec prie-Dieu. L’abbé pris à sa charge les pavés neufs posés sous les anciens bancs.

En 1967, le clergé ayant donné des recommandations pour que les églises soient plus accessibles à tous et moins ostentatoires, les statues ont été retirées ainsi que la chaire. L'autel a été détruit, les grilles fermant les chapelles latérales retirées. Il fut procédé à une réfection sommaire des murs du choeur et des peintures.

 

En 1969, à la suite du Concile Vatican II, un nouvel aménagement intérieur fait disparaître nombre d'ornements et le maître-autel où subsistait quatre colonnes de pierre et deux anges en prière du retable du XVIIe. Ce retable, ainsi que les deux autres des chapelles latérales, en pierre polychromée, de style Louis XIII, avaient été offerts par les paroissiens et la Fabrique.

Du retable central qui couvrait l'ensemble du chœur, ne subsiste aujourd'hui que le magnifique tabernacle en bois*  :

il a perdu ses couleurs d'origine, a été décapé et verni, ses cinq pans sont sculptés (de gauche à droite) : Saint-Jean, Saint-Pierre, un ciboire, Saint-Paul, un Saint martyr, peut-être Saint-Jacques.

Le tabernacle repose sur trois volutes en crédence sur le mur de l'abside.

Retable Église de Bretoncelles avant 1969

Retable central (avant 1969)

Tabernacle

Tabernacle en bois

Un Christ en croix polychrome* du XVIIIe est suspendu à la clef de voûte.

Christ en Croix Polychrome

Bas-côté Nord

Alors que la nef centrale est réservée au service divin, les bas-côtés, ici voûtés de pierre, offrent des espaces où s'expriment autour de chapelles et autels particuliers la dévotion des familles aristocratiques ou de confréries.

Dans le haut du bas-côté nord, sur la clef de la travée centrale, se trouve un blason orné des armes des familles de la Noue, armoiries "d'argent treillissé de dix pièces de sable, au chef de gueules chargé de trois têtes de loup arrachées d'or" et de Châteaubriant "gueules semées de fleurs de lys d'or ", qui permet d'affirmer que la construction de ce bas-côté se fit après 1505, date de la mort de René de Châteaubriant.

 

Blason La Noue

Blason La Noue

Blason chateau brillant

Blason Châteaubriant

Blason familles de la Noue

Blason inconnu

Deux autres clefs de voûte ornent les autres travées du bas-côté nord. Celle devant l'autel de la chapelle latérale semble être aussi un parti : à gauche un fretté, et à droite un chevron accompagné de trois fleurs, posées deux en chef et une en pointe.

 

Clef de voute

La dernière clef représente le visage d'un Christ aux cheveux longs et barbu, cette chapelle était peut-être celle des frères de la Charité de Bretoncelles,

Clef visage d'un Christ

Le bas-côté Nord, ou chapelle de la Vierge, abrite notamment le Retable à la Vierge*, en pierre, peint et doré, sans doute offert par une noble veuve : les armes figurant aux frontons n'ont pas été identifiées mais incluent une cordelière, symbole de fidélité au mari défunt.

Au fronton figure peinte en lettres rouges la mention : « Autel Privilégié », on pouvait donc y célébrer une messe pour le repos des défunts quelle que soit la fête liturgique du jour. Une mention du 1er janvier 1847 du registre paroissial indique que le pape Grégoire XVI a érigé cet « autel privilégié », confirmant un privilège ancien associé à la « prière de 48 heures ».

 

Retable de la Vierge

Marie est encore présente par la statue* en pierre polychrome du XVIIe sur le pignon,

et au centre, par le tableau à l'huile sur toile, signé A. Barelli, 1877.

Vierge

Vierge en prière

signé A. Cappelli, 1877

Plaque à la mémoire de l'abbé Fret (1800-1843), natif de Bretoncelles et baptisé dans l'église, devenu curé de Champs (Orne), auteur des Antiquités et Chroniques Percheronnes (1837-1840) et des Scènes Percheronnes.

Plaque abbé Fret

Médaillon de l'Abbé Fret

Posée à l'initiative de la Société historique et archéologique de l'Orne, inaugurée le 29 septembre 1910, la plaque est ornée d'un médaillon en bronze (Louis de Barillet).

 

Un monument aux morts de 1914 - 1918 est placé sur un autel qui proviendrait du château des Vaux à Saint Maurice-Saint Germain.

Monument morts g

Plaque monument aux morts

Religieuse en Extase

Religieuse en extase

non signé, XVIIIe siècle

Au-dessus de la porte de la sacristie, toile à l’huile représentant une religieuse en extase * (Sainte Thérèse d’Avila ?) XVIIIe.

Bas-côté sud

Chapelle Saint-Jacques

Le retable* a sans doute été offert par Jacques d'Angennes évêque de Bayeux, prieur de Moutiers, seigneur de Bretoncelles (mort en 1647). C'est peut-être lui qui a fait placer au pinacle la très belle statue de Saint-Jacques* en pierre polychromée avec son bourdon et son chapeau de pèlerin orné de la coquille Saint-Jacques.

En juillet 2023... : Restauration de la Chapelle, située dans la nef de droite. C'est le troisième collaboration de l’artiste restauratrice Annick Dieu avec Bretoncelles Patrimoine et Nature.

Retable de la chapelle Saint-Jacques

Statue St-Jacques

Statue de Saint-Jacques

2 peintures

Descente de croix

L’ensevelissement du Christ*

XVIIe (non signé)

 

Mariage mystique de Sainte Catherine

Le mariage mystique de Sainte-Catherine*

XVIlIe ( non signé)

 

Crèche en nacre

Une crèche en nacre, exemple de l'artisanat d'art de Bethléem (institué par les Franciscains au XVIe) a été offerte par le Président de l'Autorité palestinienne Yasser Arrafat au sénateur Daniel Goulet qui la transmit à l'église de Bretoncelles, son village natal en 2001.

Crèche de Nacre

Au fond du bas-côté ont été installés par le père Oger divers ornements dont :

deux cuves baptismales,

et un groupe représentant le Baptême du Christ par Saint Jean-Baptiste.

Petite cuve

Grande cuve

Baptème du Christ

Baptême du Christ

par Saint Jean-Baptiste

Restauration de la Nef

La nef s'élève à 9,80 m à sa hauteur maximale, soit 9,50 m pour la partie située dans le choeur et 6,25 m au-dessus de la mezzanine.

La longueur totale est de 36 m pour 7,20 m de largeur et 3,70 m de hauteur.

La restauration comprend la nef en général, les arcs, ainsi que la moulure en partie basse jusqu'au faîtage des chapiteaux.

Les travaux ont été réalisés au printemps 2021 par Annick Dieu, artiste restauratrice.

Cette deuxième tranche a fait l’objet d’une convention tripartite entre la Commune, BPN et la fondation du Patrimoine.

La restauration de la chapelle Saint-Jacques va démarer en juillet 2023, c'est la troisème collaboration artistique avec Annick Dieu.

 

* protégé au titre des Monuments historiques

 

Pour aller plus loin ...

Le livre, Bretoncelles, un village du Perche, éditions BPN - 2015, notamment p. 18-34

Cahiers percherons, n° 195, 3ème trimestre 2013, p 4-25 :

L’église Saint-Pierre et Saint-Paul de Bretoncelles, d'après l'étude historique d'Eric Yvard.

Date de dernière mise à jour : 10/06/2023